Alfred Dreyfus

1849-1935

Extraits du dossier de carrière (GR 5 Y E 59615) et du dossier de justice militaire (GR 4 J 118).

 

Issu d’une famille alsacienne d’origine juive ayant opté pour la nationalité française en 1872, Alfred Dreyfus intègre en 1878 l’école Polytechnique afin de poursuivre une carrière militaire. Capitaine stagiaire à l’état-major de l’armée en 1894, il est arrêté et inculpé pour haute trahison à cause d’une ressemblance d’écriture, et devient malgré lui l’objet d’une des plus grandes affaires politico-judiciaire de la IIIe République.

Condamné en 1894 à la dégradation et à la déportation perpétuelle au bagne de Cayenne, sa peine est commuée en 1899 lors de son second procès à 10 ans d’emprisonnement, avant qu’il ne reçoive finalement une grâce du présidant Emile Loubet. Il n’est finalement réhabilité qu’en 1906, et réintégré dans l’armée au grade de chef d’escadron tout en étant fait chevalier de la Légion d’Honneur.

Il sert durant la Première Guerre mondiale, durant laquelle il est élevé au grade de lieutenant-colonel.

 

Dossier de carrière

 

 

Dossier de justice militaire

En savoir plus

Vous pouvez venir consulter le dossier de justice militaire numérisé des deux procès du capitaine Dreyfus au Service historique de la Défense (Cote du dossier : GR 4 J 118).

Le dossier de carrière d’Alfred Dreyfus est également conservé sous la cote GR 5 Y E 59615.

Pour plus d’informations sur l’affaire Dreyfus, vous pouvez aussi lire les dossiers des différents protagonistes de l'Affaire, notamment le lieutenant-colonel Picquart (cote GR 9 Y D 435), le chef de bataillon Esterhazy (cote GR 5 Y E 84423), le lieutenant-colonel Hubert Henry (cote 6 Y F 4265), le lieutenant-colonel Armand Mercier du Paty de Clam (cote 6 Y F 16558) ou le lieutenant-colonel Jean Sandherr (cote 5 Y F 97842).

Dernière modification le 03/09/2021