Conditions d’accès

Archives publiques

Librement communicable.

Description physique

5.44 ml

Classement

Les dossiers ont été classés selon des plans de classement distincts qui ont largement emprunté leurs rubriques aux grandes missions de chacune des MMF. Les choix opérés, notamment pour les missions Dupont et franco-polonaise, ne reflètent pas le cadre de classement adopté dans les années 30 par le service des archives du ministère, jugé peu pertinent.

Certains dossiers n'appartenant visiblement pas au fonds classé, mais identifiés comme tels lors du lotissement des cartons au retour de Moscou, ont été extraits en attendant leur réintégration dans leurs fonds respectifs (principalement 2e bureau).

Export PDF de l'IR

Inventaire

Missions militaires françaises

Dates

1916-1922

Présentation du contenu

En raison des lacunes constatées et du faible métrage linéaire, le supplément offre un panorama peu représentatif de l'administration des missions militaires françaises et des relations militaires de l'armée française et des armées étrangères avec les pays alliés et ennemis à la fin de la Première guerre et dans l'immédiat après-guerre. Ainsi, la chronologie de la participation des États-Unis à la Grande guerre et de sa présence sur le territoire français ne peut être totalement perçue par le biais des dossiers du service de santé de la mission près l'armée américaine.

L'exercice des missions des MMF sont à l'origine de la production de trois types de dossiers : les dossiers de principe relatifs à l'organisation, aux missions et au personnel des missions ; les dossiers de suivi des relations avec les instances alliées et les chargés de mission des M.M.F. (correspondance essentiellement) ; et les dossiers de renseignements. La typologie documentaire est par ailleurs peu diversifiée (rapports et correspondance essentiellement). Le point de vue des documents administratifs qui permettent d'aborder l'ensemble des grandes missions des MMF est cependant contrebalancé par l'anecdotique de certains rapports.

Le supplément couvre la période de fonctionnement effectif des missions, à l'exception de la mission militaire en Pologne où les années 20 sont sous représentées.

À l'exception de quelques pièces, rares sont les documents en langues étrangères.

L'exploitation du fonds doit compléter l'étude des fonds décrits dans les inventaires réalisés par Jean Nicot. Elle permet de saisir le point de vue parisien à travers le travail quotidien d'un service central - le 2e bureau de l'EMA. - aux prises avec les réalités du terrain dont les missions se font l'écho, ainsi qu'en filigrane l'attitude de la France vis-à-vis des pays étrangers, et plus particulièrement des autres pays frontaliers de l'Allemagne au sortir de la guerre.

Provenance

Ministère de la Guerre

Organisme responsable de l'accès

Vincennes

Évaluation

Peu d’éliminations ont été effectuées, si ce ne sont les doubles et les brouillons informes.

Bibliographie

Généralités Bâtir une nouvelle sécurité. La coopération militaire entre la France et les états d'Europe centrale et orientale de 1919 à 1929, actes du colloque organisé au château de Vincennes en décembre 1999 par le Centre d'études d'histoire de la Défense et le Service historique de l'Armée de Terre, 2001.Mission Dupont et prisonniers de guerre ANTHOUARD Albert, d', Les prisonniers de guerre français en Allemagne. Leur ravitaillement depuis l'armistice, leur rapatriement, les réparations qui leur sont dues. Rapport sur ma mission en Allemagne, 4 décembre 1918-janvier 1919, Paris, Société parisienne d'imprimerie, 1919. ANTHOUARD Albert, d', L'assistance aux prisonniers de guerre, 1914-1919 : l'agence des prisonniers de guerre de la Croix-Rouge française, Bloud & Gay, Paris, 1924.BECKER Annette, Oubliés de la grande guerre : humanitaire et culture de guerre 1914-1918 : populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998.BUSSMANN Simone, Le rapatriement des prisonniers de guerre russes en Allemagne à la fin de la Première guerre mondiale, mémoire de licence suisse sous la dir. de M. FLEURY [date non connue].CAHEN-SALVADOR Georges, Les prisonniers de guerre (1914-1919), Paris, Payot, 1929.GOT Ambroise, L'Allemagne après la débâcle : impressions d'un attaché à la mission militaire française à Berlin, mars-juillet 1919, Strasbourg, Imprimerie strasbourgeoise, 1919.Relations franco-polonaises et armée polonaiseBAGINSKI Henryk, L'armée polonaise en construction, 1914-1920, Varsovie, 1921.COSTA DE BEAUREGARD Oriane, Les relations franco-polonaises vues par la presse française de 1919 à 1921, mémoire de maîtrise sous la dir. de M. BARIETY, Paris-IV, Sorbonne, 1994.GUELTON Frédéric, Les relations militaires franco-polonaises de 1917 à 1921 d'après les archives du SHAT, mémoire de maîtrise sous la dir. de M. PEDRONCINI, 1987. La guerre polono-soviétique de 1919-1920, actes du colloque organisé à Paris le 4 mars 1973 par le laboratoire de statistique, Paris, Institut et Études slaves, 1975.LE GUILLOU, La question de Haute-Silésie, mémoire de l'École des sciences politiques, 1930. Les relations entre la France et la Pologne au XXe siècle, sous la dir. de Bernard MICHEL et JozefLAPTOS, actes du colloque franco-polonais organisé les 30-31 mars 2000 par le Centre d'histoire de l'Europe centrale contemporaine de l'Université de Paris-I, Kraknov, A.W. Eventus, 2002.MERLOT Alexandre, L'Armée polonaise, constitution en France et organisation (juin 1917- avril 1919), Paris, impr. de F. Levé, 1919.MERLOT Alexandre, Recueil analytique des actes de l'Armée polonaise (juin 1917-septembre 1918), Paris, Mission militaire franco-polonaise, 1918.

Historique de la conservation

L’intégralité du supplément au fonds des missions a été reconditionné.

Documents en relations

SOURCES COMPLEMENTAIRES

Service historique de la Défense

Mission militaire française près l'armée américaine :

Série N (1872-1919) : GR 6 N 641 ; GR 7 N 462-463, GR 7 N 2238-2239 ; GR 15 N 50 ; GR 16 N 1923-1928, GR 16 N 3210-1 ; GR 17 N 1-241 ; GR 26 N 8.

Mission Dupont :

Série N (1872-1919) : 10 N 202 et 216

Mission militaire française en Pologne :

- Série N (1872-1919) : GR 5 N 190 ; GR 6 N 5, GR 6 N 212-213 ; GR 7 N 800, GR 7 N 1450-7 à 9 ; GR 16 N 3060-3, GR 16 N 3061-1 et 3, GR 16 N 3255-3256, GR 16 N 3256-2 et 3 ; GR 20 N 529-2

- Série N (1920-1940) : GR 4 N 93-2 ; GR 7 N 2988-2998, GR 7 N 3002-3007, GR 7 N 3009-3010, GR 7 N 3022, GR 7 N 3446-3.

Biographie et histoire

Le supplément de la sous-série GR 17 N contient des dossiers de missions militaires françaises (MMF) dont on peut distinguer deux grands types :

-les missions placées pendant la Première Guerre mondiale, sous l'égide du Grand Quartier général (GQG), auprès des armées alliées en France ;

-et celles, relevant du service des missions du 2e bureau de l'état-major de l'armée, envoyées à l'étranger.

Après la Première guerre mondiale, le mode de fonctionnement et le rôle de ces dernières missions ont été réorganisés, selon la situation du pays auprès duquel elles ont été établies, en trois catégories : les missions auprès des grandes nations associées ou alliées (Angleterre, Belgique, États-Unis, Italie) dont le rôle a consisté à fournir des renseignements, à entretenir « une liaison morale et des sentiments de camaraderie et de confiance réciproque » et à préparer des officiers au rôle d'agents de liaison en temps de guerre ; celles placées auprès des nations en formation ou en réorganisation (Pologne, Serbie, Grèce, Tchécoslovaquie, Roumanie) qui ont eu besoin de l'aide française ; et enfin les MMF envoyées dans des pays neutres, alliés ou associés jugés de moindre importance, chargées de développer des amitiés politiques, des débouchés industriels ou commerciaux et le prestige militaire français à l'étranger.

Du premier type de mission relève le service de santé de la MMF près l'armée américaine (GR 17 NN 1-6) ; du second, la mission militaire en Pologne (GR 17 NN 51-59). Quoique relevant de l'état-major de l'armée, la mission Dupont à Berlin (GR 17 NN 7-20) et la mission militaire franco-polonaise (GR 17 NN 21-50) font figure d'exception dans cet essai de typologie des missions.

Les producteurs : historique et missions

Créée en juin 1917 pour faciliter l'installation et le fonctionnement des services nécessaires au corps expéditionnaire américain (CEA) qui vient de débarquer en France, la mission militaire française près l'armée américaine assure la liaison entre l'état-major du général Pershing, commandant des forces américaines en Europe, installé à Chaumont, et le commandant en chef des armées du Nord et du Nord-Est (GQG.) dont elle relève. Jusqu'à sa dissolution le 10 juillet 1919, elle a successivement été dirigée par le général Peltier (juin-août 1917), le général Ragueneau (septembre 1917-juillet 1918), et le colonel Linart (août 1918-juin 1919).

La mission militaire française de rapatriement des prisonniers de guerre en Allemagne (novembre 1918-janvier 1920), également appelée « mission Dupont » du nom du général français la dirigeant, est installée à Berlin. Outre ses fonctions d'organe de renseignements, elle est chargée, après l'armistice, du maintien de l'ordre, de la discipline et de l'hygiène dans les camps de prisonniers de guerre situés dans la zone d'influence française (Dresde, Nuremberg, Hanovre), et de l'organisation matérielle du rapatriement des prisonniers français. Le ravitaillement et l'entretien des prisonniers russes internés est, depuis la résolution du conseil suprême des gouvernements alliés et associés, à la charge du gouvernement allemand ; une commission internationale des prisonniers de guerre russes en Allemagne est cependant chargée de contrôler la situation matérielle des prisonniers et d'assister le gouvernement allemand. Le général Dupont, au même titre que les représentants de chacun des autres gouvernements alliés et que les représentants russe et allemand, fait partie de cette commission.

La mission militaire franco-polonaise (juin 1917-juillet 1919), installée à Paris, 4 rue de Chanaleilles, est l'organe délégué du gouvernement français auprès du comité national polonais (CNP) 1 et du commandant en chef de l'armée polonaise autonome (APA.). Le général de division Louis Archinard en a été le seul chef. Il a eu pour mission d'organiser, selon les dispositions en vigueur dans l'armée française, l'armée polonaise créée par décret présidentiel du 4 juin 1917 et placée sous le commandement du général Jôzef Haller.

La mission est composée, en août 1917, du cabinet du général chef de mission, de l'état-major qui comprend un service du courrier-quartier général, un 1er bureau et un 2e bureau alors en formation, de la prévôté, du service de l'intendance-dont le chef assure également le rôle de chef du service de l'intendance de l'APA. -, du service de santé, du service des affaires civiles, ainsi que de chargés de mission spéciale. En décembre 1917, est créé un 3e bureau. La mission est dissoute par décision ministérielle du 15 juillet 1919.

Suite à la déclaration de la Diète polonaise du 27 mars 1919 concernant l'accord de la Pologne avec l'Entente et à l'accord du 25 avril 1919 entre les gouvernements français et polonais au sujet du haut-commandement français auprès de l'armée polonaise, est créée la mission militaire française en Pologne ; elle est placée auprès du général Pilsudski, chef du gouvernement polonais, commandant en chef de l'armée polonaise. La mission a été chargée d'incorporer l'armée Haller dans les structures de l'armée polonaise (1er septembre 1919) ; d'élaborer les règlements militaires ; d'organiser et d'instruire l'armée polonaise nouvellement créée ; et d'« aider l'État polonais à se constituer librement à l'abri des interventions extérieures ennemies qui pourraient se produire sur ses frontières »2. La mission a notamment apporté une importante aide logistique qui a rendu possible la victoire de l'armée polonaise sur l'armée bolcheviste à Varsovie (15 août 1920).

La mission, à laquelle participait le capitaine De Gaulle, a été commandée successivement par les généraux Henrys (avril 1919-octobre 1920), Niessel (octobre 1920-décembre 1921), Dupont (décembre 1921-1926), Charpy (1926-février 1928) et Denain (1928-1931), et par le colonel Prioux (1932).

En vertu de l'accord du 25 avril 1919, la mission dispose de quatre officiers délégués à l'organisation, à l'instruction dans les zones des Armées et de l'Intérieur, aux opérations et aux transports de ravitaillement. Des directions de l'Infanterie, de l'Artillerie et du Génie, un service de santé, l'intendance, le service aéronautique et le Quartier général sont placés sous l'autorité de l'État-major de la mission, lui-même composé de 1er, 2e, 3e et 4e bureaux. Des officiers sont par ailleurs détachés du 2e bureau de l'état-major à Poznan, Cracovie, Lwow, Minsk, Wilno et Dantzig.

Dernière modification le 01/03/2022