Conserver et restaurer : sauvegarder le passé pour construire l’avenir

Parce qu’il est l’un des acteurs majeurs du patrimoine militaire, le SHD se doit d’assurer la conservation de l’ensemble de ses collections, uniques en France. Or, ce patrimoine, ancien ou récent, est fragile et peut se détériorer rapidement.

En effet, les causes de détérioration sont multiples : mauvaises conditions de conservation, sinistres (incendies, inondations, etc.), manipulations trop fréquentes ou inadéquates…

L’évolution de plus en plus rapide des types, formes et formats de supports apporte à chaque nouvelle génération de supports de nouvelles perspectives, mais aussi de nouvelles interrogations sur le caractère durable de l’information.

Prévenir la dégradation de ces objets, c’est donc agir à la fois sur l’environnement au sens large du terme (bâtiment), le support lui-même et son conditionnement (matériel de conservation).

La duplication (reproduction sous forme de microfilms, images numériques ou fac-similés), constitue un autre moyen de protéger les documents et objets originaux, en limitant leur manipulation.

Enfin, traiter la dégradation pour ramener l’objet à son état initial, ou tout au moins en atténuer les effets, consiste dans un nombre très varié d’actions selon la nature des dommages :

  • restaurer le support (combler les lacunes, trous, usures, etc.), en veillant à ce que les restaurations restent visibles et réversibles ;
  • supprimer les éléments d’infestations (bactériologiques ou biologiques) et en atténuer le plus possibles les traces ;
  • consolider le support si nécessaire.

Dernière modification le 06/09/2019