Les charges militaires

Elles sont innombrables et leur évolution est souvent difficile à définir. Nous ne citerons donc que celles qui, soit ont aussi été des grades, soit pourraient prêter à confusion avec ceux-ci.

Adjudant-major

Officier du rang de capitaine (exceptionnellement de celui de lieutenant) qui était chargé de l’instruction et de la discipline du corps. En cas d’absence, il pouvait remplacer le colonel ou le chef de bataillon.

 

Colonel général

Titre créé en 1544 pour le commandant de toutes les troupes d’une même arme (cependant, on cite, sous Louis XII, un colonel général des Albanais). Aboli sous la Révolution en 1790, il est rétabli par décret du 7 Messidor an 12 (26 juin 1804). 
Sous l’Ancien Régime, on connût des colonels généraux de l’infanterie (française), des Suisses et Grisons, des Corses, des Croates (sous Louis XIV), de la cavalerie légère et étrangère, de la cavalerie allemande, des dragons et des hussards. Sous l’Empire, il y eut des colonels généraux des Suisses, des dragons, des hussards, des carabiniers, des cuirassiers et des chasseurs à cheval. Sous la Restauration, des colonels généraux de l’infanterie légère, des Suisses, des hussards, des carabiniers, des cuirassiers et des chevau-légers lanciers.

 

Connétable

Le premier des offices militaires de la couronne, cette charge fut créée au début du XIe siècle et abolie par l’édit du 13 mars 1627. Napoléon Ier créa un grand-connétable et un vice-connétable d’Empire.

 

Fourrier

Officiers de la maison du roi, chargés de marquer le logement des gens de cour lors des déplacements de celle-ci. Ils servaient sous les ordres de 3 maréchaux des logis et 1 grand maréchal des logis. Par analogie, l’armée avait ses fourriers généraux et ses fourriers majors, chargé du logement des troupes. Plus tard, on appela fourrier le sous-officier commis à la tenue des écritures du corps.

 

Maréchal de bataille

Officier général chargé de ranger les troupes en bataille. Créé vers 1589 et aboli en 1672. Il avait sous ses ordres des sergents de bataille dont la fonction est beaucoup plus ancienne et fut réglementée vers 1515.

 

Maréchal général des camps et armées du roi

Dignité créée en 1621 pour le duc de Lesdiguières, dernier connétable de France. Elle fut rétablie en 1660 pour Turenne, en 1733 pour Villars, en 1747 pour le comte de Saxe et en 1847 pour Soult.

 

Maréchal (général) des logis des camps et armées

Officier général chargé de choisir les campements et de veiller aux marches et au ravitaillement de l’armée. Créé en 1644. Disparaît à la Révolution.

 

Sénéchal

Le premier officier de la couronne, il commandait l’armée et rendait la justice dans les domaines royaux.
 

Partager:

Dernière modification le 09/09/2019